Quel(s) intérêt(s) de prendre des capsules de sel lors d’un ironman ?

La supplémentation en sel sur ironman

C’est un débat qui anime les forums et j’ai lu tout et son contraire. Cela m’avait d’ailleurs posait quelques problèmes lors de ma préparation pour le Challenge Roth (distance ironman). J’ai donc décidé de retourner voir ce que disait la littérature scientifique. Ce billet repose sur un article de 2008 de l’équipe de T. Noakes, auteur de Lore of Running.

Prendre du sel en supplément est souvent vu par les athlètes et les coachs comme un moyen pour éviter le syndrome d’hyponatrémie (diminution de la concentration en sel dans le plasma sanguin). Cela serait d’autant plus vrai sur les épreuves longues distances avec des recommandations de 500 à 1000 mg/heure. Lire la suite

Challenge Roth : bilan sur l’alimentation et l’hydratation

Ça fait une quinzaine de jours que j’essaie de faire un billet sur l’ironman de Roth mais je ne suis pas satisfait, car à part raconter ma vie, je n’y fais rien d’intéressant! Pour éviter de gonfler tout le monde, je vais aller à l’essentiel. Tout d’abord,  je suis finisher, l’objectif a donc été atteint. :mrgreen:

Lire la suite

Triathlon du Phare : erreurs et enseignements

Bonjour,

Petit retour suite au triathlon du Phare (format half ironman) qui a eu lieu le 19 mai pour partager mes erreurs et vous éviter de les faire. Comme je l’avais dit dans mon billet sur l’alimentation, je peux manger n’importe quoi sur le vélo. Le plan était simple, je teste les barres énergétiques et la boisson qu’on aura à Roth sur le vélo, puis les gels en course à pied.
Je me suis donc alimenté en solide jusqu’à la fin des 99 km de la partie vélo. Et la bim, je me suis rendu compte que c’était une grosse erreur. J’ai attaqué la course à pied l’estomac à l’arrêt, à moitié plein. Résultat, envie de vomir sans pouvoir rien avaler. Je me suis rappelé les conseils de Chris « Macca » McCormack dans son livre : « quand ça ne veut plus rentrer ça ne sert à rien de forcer« . J’ai donc fait les 20 km en buvant 4 gorgés de coca et 4 d’eau sur la deuxième heure de course, rien de plus, mais c’est passé. J’en ai profité pour travailler le mental, je n’ai rien lâché malgré que j’étais mal, point très positif en prévision de Roth.

Les leçons de la journée :

  • arrêter de m’alimenter en solide une heure avant la fin du vélo pour éviter ce genre d’ennui. je suis content d’avoir fait cette erreur de débutant lors d’une course d’entrainement.
  • Ça ne sert à rien de se retenir de vomir, par excès de pudeur je me suis retenu j’aurais pas du!

Leçons retenues :mrgreen:

Hydration sur ironman: déterminer ses besoins

Comme introduit dans le billet précédent, voici la première partie concernant la méthode que vous pouvez mettre en place pour établir votre stratégie d’hydratation sur Ironman. Comme je l’ai dit, il faut arriver à déterminer ce que l’organisme élimine en vue de le remplacer. Pour illustrer, je prendrai mon exemple.

Comment s’hydrater sur ironman ?

Déterminer ses pertes hydriques

Estimer la quantité d’eau que l’organisme élimine (transpiration/urine/respiration) est relativement facile. Il suffit de se peser avant et après l’entrainement (sans vêtements), de noter la quantité de liquide bue et de convertir le tout en perte hydrique/h. Je rentre tout ça dans un tableur, je note aussi la discipline et la température pour voir si ces facteurs ont une influence.

Lire la suite

Hydratation et Alimentation sur Ironman : introduction

L’alimentation et hydratation sur ironman est sujet à débat, et n’est pas une science exacte. Souvent appelée « 4ème discipline du triathlon« , il faut y concentrer un peu de temps (voir beaucoup). 😉

En effet, une stratégie d’alimentation improvisée est la meilleure façon de rendre les choses plus difficiles. C’est pour ça qu’il est important de commencer en avance pour tester ce que votre organisme supporte et ce dont il a besoin. Je me suis principalement inspiré de l’étude de Jeukendrup, Jentjens et Moseley (2005) ainsi que les ouvrages de Joe Friel (voir rubrique Mes lectures). Même s’il faut fonctionner par essai/erreur, il y a quand même quelques grandes lignes à suivre pour ne pas se tromper. Lire la suite