Pourquoi drafter c’est tricher

Bonjour,

j’ai participé le 27 mai dernier au 26ème triathlon de Bourg-en-Bresse, format courte distance. Super épreuve très bien organisée sur un site tip top pour la pratique du triathlon. Une une seule chose m’a déçu, sur laquelle les organisateurs ne peuvent pas faire grand-chose: le comportement de certains athlètes.Je m’explique.

Le parcours vélo était composé de deux boucles très roulantes de 21 km, sur des routes relativement étroites. Il est donc normal qu’en début de course il y ait des paquets et que les distances ne soient pas respectées. Il faut le temps que ça se décante. Cependant, passer 42km en paquet je trouve ça vraiment abusé. Au niveau du demi-tour, j’ai croisé plein de gens en groupe. J’ai fait un gros effort pour me faire de l’espace et n’avoir personne devant ou derrière. J’étais bien tranquille posé sur le prolongateur sur un faux plat montant quand je me fais d’un coup déposer par une quinzaine de types sur les cocottes tranquilou (je les avais pourtant distancés avant le demi-tour). Je fais à un du groupe « Ca va pas trop dur? » et il me répond « non non ça va ». Ca m’a un peu agacé. Voici les raisons en deux points.

Pourquoi prendre la roue (ou drafter) c’est tricher:

Contribution relative de la résistance à l’avancement en fonction de la vitesse.

Contribution relative de la résistance à l’avancement en fonction de la vitesse. (Source : High-Tech cycling par E.R. Burke)

Cette courbe montre qu’à 35km/h la résistance à l’avancement de l’air compte pour plus de 80 % de la résistance totale qui s’oppose au coureur. Point suivant.

Économie de résistance de l’air quand on roule dans la roue :

Écart entre les roues (m) Diminution de la trainé du vent (%)
0,2 44
0,4 42
0,6 38
1,0 34
1,5 30
2,0 27

Je vous laisse tirer vos propres conclusions. Et pour ceux qui disent « tout le monde le fait donc pourquoi pas moi? », je réponds que le comportement malhonnête des autres ne permet pas de justifier son propre comportement.

Benoit

2 réflexions au sujet de « Pourquoi drafter c’est tricher »

  1. Se faire plaisir dans son sport c’est aussi être fier de soi et de sa conscience…Et puis respecter ses adversaires, faire la course loyalement, ça rend tellement plus heureux, on se bat pendant la course, et on rigole ensemble après la course en buvant un pot.

    • Je me demande si les gars derrière disent : « je suis content j’ai bien roulé et bien couru ». Tu m’étonnes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *