Hydratation et Alimentation sur Ironman : introduction

L’alimentation et hydratation sur ironman est sujet à débat, et n’est pas une science exacte. Souvent appelée « 4ème discipline du triathlon« , il faut y concentrer un peu de temps (voir beaucoup). 😉

En effet, une stratégie d’alimentation improvisée est la meilleure façon de rendre les choses plus difficiles. C’est pour ça qu’il est important de commencer en avance pour tester ce que votre organisme supporte et ce dont il a besoin. Je me suis principalement inspiré de l’étude de Jeukendrup, Jentjens et Moseley (2005) ainsi que les ouvrages de Joe Friel (voir rubrique Mes lectures). Même s’il faut fonctionner par essai/erreur, il y a quand même quelques grandes lignes à suivre pour ne pas se tromper.

Alimentation et hydratation sur ironman : les objectifs

Il y a à mon sens deux choses importantes à déterminer :
1) quelle quantité d’eau je perds pas heure? (que ce soit en transpirant ou en urinant)
2) quelle quantité de calorie (kcal) je peux ingérer?

La première permet de déterminer les apports en liquide dont j’ai besoin et la seconde ce que je peux raisonnablement manger sans avoir des problèmes digestifs.
Ces deux aspects sont importants, car ils permettent de limiter voir d’éviter plusieurs problèmes liés à la nutrition pouvant survenir sur des efforts d’ultra endurance :

  • déshydratation ou à l’opposé sur hydratation pouvant créer un syndrome d’hyponatrémie (concentration en sel trop faible dans l’organisme);
  • problèmes intestinaux et/ou à l’estomac.

Une étude vient de sortir (Pfeiffer et al., 2012) et a montré que sur ironman, plus les athlètes ingurgitaient du sucre et plus ils souffraient de nausée et de flatulence, mais meilleures étaient leurs performances… Ça m’a fait sourire. Si vous voulez aller vite, il va falloir vous préparer à ne pas être au top niveau du ventre! :mrgreen:
J’ai mis en place une petite routine simple pour déterminer mes besoins. Je développerai ça dans deux billets à venir.
En attendant, restez connecter et entrainez-vous bien!

Référence

Pfeiffer B, Stellingwerff T, Hodgson AB, Randell R, Pöttgen K, Res P, Jeukendrup AE, Nutritional intake and gastrointestinal problems during competitive endurance events. Med Sci Sports Exerc. vol 44, p 344-51, 2012.

3 réflexions au sujet de « Hydratation et Alimentation sur Ironman : introduction »

  1. Ping : Hydration sur ironman : adapter sa stratégie

  2. Ping : Bilan du second bloc d'entrainement pour le challenge Roth

  3. Ping : Challenge Roth : bilan et perspectives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *