Comment vaincre l’ennui sur home trainer ?

J’entends souvent dire qu’il est difficile de faire du home-trainer, trop ennuyeux. Pourtant, j’arrive facilement à m’entrainer dessus, et je dois dire que j’aime bien, c’est rapide, efficace et bien pratique quand il fait mauvais. En ce moment c’est 2 ou 3 séances par semaine. Je vais donc en profiter pour vous donner mes tuyaux, ça pourrait vous servir !

Si vous arrivez à faire des longueurs en piscine en regardant les petits carreaux, il n’y a pas de raisons pour que vous n’arriviez pas à pédaler chez vous. 😉

S’occuper sur home-trainer : préparer sa séance

Avoir un objectif de séance

La première étape est de se demander : « Qu’est ce que je veux développer avec cette séance ?« . Pédaler pour pédaler est le moyen le plus sur pour tomber dans une situation de torpeur et de perdre son temps.

PMA, vélocité, seuil, force, récupération ? Posez-vous la question avant de commencer, et si vous ne trouvez pas de raison de la faire, profitez-en pour vous reposer ! J’aime bien aussi terminer ma séance par un 6 km à bloc. Cela permet de me jauger et ce n’est pas trop long comme effort. Après c’est une habitude perso, vous n’avez pas à le faire. :p

J’utilise un ventilateur pour limiter la surchauffe. L’absence de circulation d’air conduit à une sudation importante très rapidement. Il permet donc de faciliter la thermorégulation et d’éviter de faire une flaque sous le vélo !

Structurer sa séance

Ma montre est programmée avant la séance, j’ai juste à suivre les bips en fonction de ce que j’ai décidé de travailler. Je n’ai donc déjà pas à regarder ma montre toute les 2 mn et voir le temps défiler. J’affiche la cadence, la vitesse et la distance. Je commence ensuite par 10-15 mn d’échauffement et je termine par 5-10 mn de retour au calme.

S’occuper sur home-trainer : effectuer sa séance

Stimulations externes

La plupart du temps je regarde des vidéos. Il n’y a que lorsque je fais des séances de PMA où je mets seulement de la musique. Ces séances sont trop intenses pour que j’arrive à suivre quoi que ce soit, je ferme les yeux et je pédale !
Image de prévisualisation YouTube
La plupart des vidéos proviennent de youtube. Soit je les charge avant sur mon ordi (il existe des plugins pour ça) soit je les regarde en ligne. Ironman Europe a une super chaine, vous la trouverez ici. J’aime bien aussi les docs que font ESPN sur les Australiens ou alors les vidéos de trail. Ensuite à vous de choisir ce qui vous divertit ! J’avoue que j’aime bien regarder les courses, ça me motiv’ sacrément ! 😀

Stimulations internes

Le home-trainer est la situation idéale pour se développer un mental plus résistant : il y a très peu de stimulations externes. Pour certains, c’est le summum de l’ennui. Pour moi, c’est une situation identique à la piscine, et encore à la piscine pas moyen de regarder une vidéo ou d’écouter de la musique. Profitez pour vous concentrez sur votre pédalage et bien sentir le geste et les différentes contractions musculaires qu’il implique.

Ça peut aussi être l’occasion de travailler les stratégies mentales et autres routines utiles pour se sortir des moments difficiles. Quelques billes sur cet article et un autre de Macca. Vous trouverez ici un excellent article sur la préparation mentale.

Le home trainer : privilégier le qualitatif

Si vous n’aimez pas ça, privilégiez la qualité à la quantité avec des séances courtes (45′-1h) et intenses, bien structurées, avec un objectif défini et des musiques ou des vidéos qui vous font plaisir !

Exemple de séance sur home-trainer

  • 15 mn d’échauffement progressif
  • 3 – 4 – 5 – 6 km en contre-la-montre avec 1′ de récupération entre chaque répétition.
  • 10 mn de retour au calme

Entrainez-vous bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *